La pyramide du café

Nicola Lecca

La pyramide du café

roman

Imi, dix-huit ans, a passé toute sa vie dans un orphelinat en Hongrie où il a grandi sereinement, apprenant à être heureux dans l’instant présent tout en cultivant un rêve pour le futur. Ce rêve, il le réalise en partant vivre à Londres. Il est accueilli par Lynne, femme un brin excentrique qui le loge et l’aide à trouver un travail dans une chaîne de café, la Proper Coffee. Subjugué par l’immensité de la ville de Londres, il la voit pleine de merveilles. Naïf, il est ému par la générosité de l’entreprise qui l’emploie et au sein de laquelle toutes les relations sont codifiées à travers différents manuels. Reconnaissant, il travaille dur et rêve de s’élever dans la pyramide hiérarchique d’une société si bienveillante. Grâce à son implication, les dirigeants de la succursale – Victoria et Andrew – le font rapidement passer au poste de barman. Imi demeure persuadé de la bonté de son entreprise, malgré les mises en garde de son collègue et ami, Jordi, qui tente de lui faire saisir la réalité d’une société capitaliste dont l’argent est le seul moteur. Le vernis se craquelle cependant peu à peu : pour rester dans la droite ligne du Manuel, il lui est demandé de faire un capucino moins bon ; Andrew le réprimande pour avoir donné un verre d’eau à une vieille dame. Ne voyant rien venir, profondément honnête, il contrarie à plusieurs reprises ses dirigeants en parlant avec sincérité.

Une fable moderne dans laquelle la bonté, la sincérité et l’amitié ont encore un sens, dressant par contrecoup un portrait acéré de notre société.

EAN
9782940556687
Date de parution
22 Septembre 2016
Nombre de pages
240 pages
Format
15,2 x 23,5
Prix    18,00 €

Nicola Lecca

Nicola Lecca est un écrivain nomade qui vit à Reykjavik, Visby, Barcelone, Venise, Londres, Vienne et Innsbruck. Son recueil de nouvelles Concerti senza Orchestra (Marsilio, 1999) a été finaliste pour le prix Strega. À l'âge de 27 ans, il a reçu le prix Hemingway de littérature. Auteur de six romans chez Mondadori ou Marsillo, il a été traduit dans 15 pays eueuropéens.

Nicola Lecca